Citation de Fiodor Dostoïevski sur la dissimulation tirée des Carnets du sous-sol - Et je ne sus pas comprendre le sens véritable de cette raillerie, ordinaire et dernière défense des cœurs timides et encore exempts de vices, quand ils résistent avec fierté, jusqu'au dernier moment, aux efforts qu'on fait avec une indiscrète insistance pour pénétrer en eux, et tâchent de donner le change sur leurs sentiments réels.
favori facebookpinterest < précsuivant > source de l'image

Et je ne sus pas comprendre le sens véritable de cette raillerie, ordinaire et dernière défense des cœurs timides et encore exempts de vices, quand ils résistent avec fierté, jusqu'au dernier moment, aux efforts qu'on fait avec une indiscrète insistance pour pénétrer en eux, et tâchent de donner le change sur leurs sentiments réels.
 Fiodor Dostoïevski, Les Carnets du sous-sol (1864). copier la citation

modifier
Auteur Fiodor Dostoïevski
Œuvre Les Carnets du sous-sol
Thème dissimulation sentiments ironie
Date 1864
Langue Français
Référence
Note Traduit par Ely Halpérine-Kaminsky et Charles Morice
Lien web https://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Esprit_souterrain/Texte_entier

Contexte


― Mais vous…
― Eh bien ?…
― On dirait… que vous lisez dans un livre, dit-elle, et une sorte de raillerie vibra dans sa voix.
Ce mot me vexa, me vexa fortement.
Et je ne sus pas comprendre le sens véritable de cette raillerie, ordinaire et dernière défense des cœurs timides et encore exempts de vices, quand ils résistent avec fierté, jusqu'au dernier moment, aux efforts qu'on fait avec une indiscrète insistance pour pénétrer en eux, et tâchent de donner le change sur leurs sentiments réels. Ses seules réticences, quand elle essayait sa raillerie et n'y parvenait pas, auraient dû m'éclairer. Mais je ne sus pas voir, j'étais aveuglé par un mauvais sentiment.
«Attendez un peu», pensai-je.” source

Explications et analyses

écrire une note
signaler