Citation de William Shakespeare sur la conscience tirée de Richard III - La conscience n'est qu'un mot à l'usage des lâches, inventé tout d'abord pour tenir les forts en respect.
favori facebookpinterest < précsuivant > source de l'image

La conscience n'est qu'un mot à l'usage des lâches, inventé tout d'abord pour tenir les forts en respect.
 William Shakespeare, Richard III (1597). copier la citation

modifier
Auteur William Shakespeare
Œuvre Richard III
Thème conscience lâcheté
Date 1597
Langue Français
Référence
Note Traduit par François-Victor Hugo Écrit entre 1591 et 1592
Lien web https://fr.wikisource.org/wiki/Richard_III/Traduction_Hugo

Contexte

“— «Jockey de Norfolk (67), ne sois pas trop hardi, — car Dikon ton maître est vendu et trahi.» — Pure invention de l'ennemi. — Allez, messieurs ! chaque homme à son poste ! — Que le bégaiement de nos songes n'effraie pas nos âmes ! — La conscience n'est qu'un mot à l'usage des lâches, — inventé tout d'abord pour tenir les forts en respect. — Ayons nos bras forts pour conscience, nos épées pour loi. — En marche ! alignons-nous bravement ! à la mêlée ! — Sinon pour le ciel, emboîtons le pas pour l'enfer ! — Qu'ajouterai-je à ce que j'ai dit ?” source
Citation originale

Explications et analyses

écrire une note
signaler