Citation d'Emily Brontë sur la nature tirée des Hauts de Hurlevent - En hiver, rien de plus lugubre, en été rien de plus divin que ces vallons resserrés entre les collines et que ces tertres aux escarpements hardis, couverts de bruyères.
favori facebookpinterest < précsuivant > source de l'image

En hiver, rien de plus lugubre, en été rien de plus divin que ces vallons resserrés entre les collines et que ces tertres aux escarpements hardis, couverts de bruyères.
 Emily Brontë, Les Hauts de Hurlevent (1847). copier la citation

modifier
Auteur Emily Brontë
Œuvre Les Hauts de Hurlevent
Thème nature saisons
Date 1847
Langue Français
Référence
Note Traduit par Frédéric Delebecque
Lien web https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Hauts_de_Hurlevent_(trad._Delebecque)

Contexte

“trop chaud pour le voyageur ; mais la chaleur ne m'empêcha pas de jouir du délicieux paysage qui s'étendait au-dessus et au-dessous de moi. Si nous eussions été plus près d'août, je suis sûr que j'aurais été tenté de passer un mois dans ces solitudes. En hiver, rien de plus lugubre, en été rien de plus divin que ces vallons resserrés entre les collines et que ces tertres aux escarpements hardis, couverts de bruyères.
J'atteignis la Grange avant le coucher du soleil. Je frappai, mais à en juger par une mince fumée bleue qui montait en spirales de la cheminée de la cuisine, les habitants s'étaient retirés dans les locaux situés derrière la maison, et ils ne m'entendirent pas.” source
Citation originale

Explications et analyses

écrire une note
signaler