Citation de George Eliot sur le désespoir tirée de Middlemarch - ce que nous appelons désespoir n'est souvent que l'avidité douloureuse d'un espoir que rien n'encourage.
favori facebookpinterest < précsuivant > source de l'image

ce que nous appelons désespoir n'est souvent que l'avidité douloureuse d'un espoir que rien n'encourage.
 George Eliot, Middlemarch (1872). copier la citation

modifier
Auteur George Eliot
Œuvre Middlemarch
Thème désespoir espoir
Date 1872
Langue Français
Référence
Note
Lien web https://fr.wikisource.org/wiki/Middlemarch

Contexte

“Il commença, non sans une rage sourde, à songer à quitter le pays ; il lui serait impossible désormais de témoigner le moindre intérêt à Dorothée sans s'exposer à des imputations blessantes, peut-être de la part de Dorothée elle-même, que d'autres essayeraient d'indisposer contre lui.
— Nous voilà séparés pour toujours, se disait Will. Je pourrais aussi bien être à Rome ; elle ne serait pas plus loin de moi qu'elle ne l'est ici.
Mais ce que nous appelons désespoir n'est souvent que l'avidité douloureuse d'un espoir que rien n'encourage. Il y avait bien des raisons pour qu'il ne s'éloignât pas : et avant tout, des raisons d'ordre public pour ne pas quitter son poste à ce moment de crise, plantant là M. Brooke, alors qu'il aurait besoin d'être remorqué pour l'élection et lorsqu'il y avait à conduire au plus fort de la lutte tant de manœuvres électorales directes et indirectes.” source
Citation originale

Explications et analyses

écrire une note
signaler