Citation de Friedrich Nietzsche sur l'invisible tirée d'Ainsi parlait Zarathoustra - Si je voulais secouer cet arbre avec mes mains, je ne le pourrais pas. Mais le vent que nous ne voyons pas l'agite et le courbe comme il veut. De même nous sommes courbés et agités par des mains invisibles.
favori facebookpinterest < précsuivant > source de l'image

Si je voulais secouer cet arbre avec mes mains, je ne le pourrais pas. Mais le vent que nous ne voyons pas l'agite et le courbe comme il veut. De même nous sommes courbés et agités par des mains invisibles.
 Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra (1891). copier la citation

modifier
Auteur Friedrich Nietzsche
Œuvre Ainsi parlait Zarathoustra
Thème invisible agitation vent
Date 1891
Langue Français
Référence
Note Traduit par Henri Albert
Lien web https://fr.wikisource.org/wiki/Ainsi_parlait_Zarathoustra

Contexte

“Et comme il allait un soir seul par la montagne qui domine la ville appelée «la Vache multicolore» : voilà qu'il trouva dans sa promenade ce jeune homme, appuyé contre un arbre et jetant sur la vallée un regard fatigué. Zarathoustra mit son bras autour de l'arbre contre lequel le jeune homme était assis et il parla ainsi :
«Si je voulais secouer cet arbre avec mes mains, je ne le pourrais pas.
Mais le vent que nous ne voyons pas l'agite et le courbe comme il veut.
De même nous sommes courbés et agités par des mains invisibles.
Alors le jeune homme se leva stupéfait et il dit : «J'entends Zarathoustra et justement je pensais à lui.» Zarathoustra répondit :” source

Explications et analyses

écrire une note
signaler