Citation d'Emily Brontë sur l'amour tirée des Hauts de Hurlevent - J'y vois un repos que ni la terre ni l'enfer ne peuvent troubler ; j'y trouve l'assurance d'un au-delà sans bornes et sans ombres — l'Éternité enfin conquise — où la vie est illimitée dans sa durée, l'amour dans son désintéressement, la joie dans sa plénitude.
favori facebookpinterest < précsuivant > source de l'image

J'y vois un repos que ni la terre ni l'enfer ne peuvent troubler ; j'y trouve l'assurance d'un au-delà sans bornes et sans ombres — l'Éternité enfin conquise — où la vie est illimitée dans sa durée, l'amour dans son désintéressement, la joie dans sa plénitude.
 Emily Brontë, Les Hauts de Hurlevent (1847). copier la citation

modifier
Auteur Emily Brontë
Œuvre Les Hauts de Hurlevent
Thème amour joie éternité
Date 1847
Langue Français
Référence
Note Traduit par Frédéric Delebecque
Lien web https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Hauts_de_Hurlevent_(trad._Delebecque)

Contexte

“Je ne sais si c'est une disposition qui m'est particulière, mais il est rare que je ne me sente pas presque heureuse quand je veille dans une chambre mortuaire, pourvu qu'il n'y ait pour partager ce devoir avec moi personne qui gémisse ou se désespère. J'y vois un repos que ni la terre ni l'enfer ne peuvent troubler ; j'y trouve l'assurance d'un au-delà sans bornes et sans ombres — l'Éternité enfin conquise — où la vie est illimitée dans sa durée, l'amour dans son désintéressement, la joie dans sa plénitude. Je remarquai à cette occasion combien il y a d'égoïsme même dans un amour comme celui de Mr Linton, qui s'affligeait si vivement de la délivrance bénie de Catherine. Sans doute pouvait-on douter, après l'existence agitée et impatiente qu'elle avait menée, qu'elle eût mérité de trouver enfin le havre de la paix.” source
Citation originale

Explications et analyses

écrire une note
signaler